Tendances

La Banque Africaine de Développement lance un programme innovant en entrepreneuriat destiné aux diplômés marocains

Share this great news with your contacts!


Par Francis KOKUTSE, journaliste et Consultant Média basé à Accra, Ghana. 

La Banque Africaine de Développement (BAD) a lancé, dans le sud du Maroc, le programme Souk At-tanmia (« Marché du développement »), une initiative innovante visant à promouvoir l’esprit d’entreprise chez les diplômés. Le concept est en phase avec ce qu’Albert Nsengiyumva, Secrétaire exécutif de l’Association pour le Développement de l’Éducation En Afrique (ADEA), considère comme actions nécessaires pour remédier au chômage des diplômés d’université.

Dans un communiqué annonçant la conférence eLearning Africa de cette année, prévue en Côte d’Ivoire du 23 au 25 octobre, Nsengiyumva a déclaré : « Il est nécessaire de trouver des plans de carrière innovants et bien adaptés aux produits de l’université. » Puis il a ajouté : « Il est capital pour l’avenir du continent africain de nous assurer que notre peuple dispose des compétences indispensables pour être compétitif. »

La BAD a récemment inauguré la composante marocaine du programme Souk At-tanmia. À cette occasion, The Arab Weekly, journal de diffusion internationale, a relayé les propos du Directeur général de la BAD, Mohamed El Azizi : « À présent, nous avons lancé au Maroc le programme Souk At-tanmia, une importante initiative pour les jeunes entrepreneurs en général et les startups en particulier. »

« Les changements vont s’accélérer de plus en plus, a ajouté Nsengiyumva. Si nous souhaitons réaliser la vision 2063 de l’Union africaine avec l’idée d’un “continent transformé”, nous devons dès à présent mettre en place les systèmes, les structures et les solutions nécessaires à ce changement. »

« Il est également impératif d’étudier soigneusement les attentes des investisseurs envers la population active en Afrique et de réfléchir aux moyens de rendre le marché du travail africain attractif pour les employeurs potentiels. Les discussions qu’auront les ministres et les investisseurs à eLearning Africa cette année constituent un élément important de la planification de l’avenir », a-t-il ajouté.

Le concept de Souk At-tanmia a initialement été mis en œuvre en Tunisie après le « Printemps arabe » pour soutenir les jeunes dans la création de leur entreprise. Combinant l’accès au financement à un appui ciblé, le programme Souk At-tanmia a pour but de donner aux jeunes, aux femmes, aux associations, aux coopératives et aux micro-entrepreneurs une occasion d’innover et de concrétiser leurs idées.

Azizi ajoute : « Après cinq ans, le taux de réussite reflète les progrès du programme en Tunisie et nous avons envisagé de le généraliser sur la base du modèle tunisien. Cet effort a abouti à la création de plus de 250 entreprises par des jeunes de divers secteurs. À présent, le Maroc est le deuxième pays qui, nous l’espérons, bénéficiera du programme. »

Il continue en apportant les détails suivants : « Au Maroc, le programme Souk At-tanmia compte favoriser la création d’environ 300 entreprises grâce à un fonds estimé à 4,5 millions de dollars, en garantissant aux entrepreneurs le financement, les compétences de gestion, le mentorat et le suivi nécessaires pour créer et gérer leur entreprise. »

Fruit du partenariat entre l’Agence danoise pour le développement international (DANIDA), le Ministère de l’Économie et des Finances du Maroc et la Fondation Régionale de l’Entrepreneuriat et l’Entreprise (FREE), ce programme aide à financer les projets triés sur le volet parmi des dizaines de candidatures de toutes les régions du Maroc et aide les lauréats à réaliser leur rêve d’entreprise.

Le programme Souk At-tanmia au Maroc a été lancé dans la région de Guelmim-Oued Noun considérée par The Arab Weekly comme l’une des plus pauvres du pays. Selon le Haut-commissariat à la Planification, la région est plombée par un taux d’analphabétisme de 32,9 %, qui a entraîné un taux de chômage de 27,1 %, l’un des plus élevés du pays et près de trois fois supérieur à la moyenne nationale.

Le journal explique que dix candidats de la région de Guelmim-Oued Noun ont été sélectionnés après avoir présenté leur projet dans divers domaines, notamment les énergies renouvelables et le recyclage du plastique. Selon El Hassan Baiga, Directeur régional de l’Entrepreneuriat à l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail, la région « regorge de jeunes talents qui ont besoin de telles opportunités pour faire leurs preuves sur le marché du travail. »

La BAD a inscrit le développement des petites et moyennes entreprises et l’entrepreneuriat au rang de ses principales interventions au Maroc. Au cours des 50 dernières années, la BAD au Maroc a approuvé plus de 160 projets, pour un montant total estimé à plus de 10 milliards de dollars.

Depuis 2003, selon The Arab Weekly, le Danemark a renforcé sa coopération avec le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord par le biais d’un Programme de Partenariat Dano-Arabe (DAPP) dénommé Initiative arabe. Fondée sur des partenariats avec des acteurs locaux, l’initiative danoise s’attèle à renforcer la bonne gouvernance et à garantir des opportunités économiques, en particulier pour les jeunes et les femmes.



Share this great news with your contacts!
Tags:

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*