Aperçus de la conférence / Non classifié(e)

Guinée : Expérimentation de la classe inversée dans la formation des enseignants

Share this great news with your contacts!


Ecrit par : Dr Christian Hoffmann, Conseiller pédagogique
Programme d’éducation de base, GIZ Guinée

13 novembre 2022 – À l’École normale d’instituteurs (ENI) de N’Zérékoré, située dans la région de la Guinée forestière, la classe de Monsieur Camara se tient dans la salle multimédia alimentée à l’énergie solaire. Pour entamer la leçon du jour, le formateur de sciences de l’éducation a préparé un Quiz de Kahoot (https://kahoot.it/) afin d’évaluer la compréhension par les futurs enseignants du tutoriel vidéo qu’ils sont supposés avoir préalablement étudié. Les apprenants connectent leurs téléphones mobiles au réseau interne de l’école, ouvrent l’application et se soumettent au questionnaire. En moins de cinq minutes, M. Camara a évalué et archivé leurs performances. Après une brève phase de clarification de certaines questions ouvertes relatives au contenu de la vidéo, il peut entamer immédiatement l’application de connaissances nouvellement acquises.

Usage du matériel personnel – BYOD
Permettre aux apprenants d’apporter leurs propres appareils en classe présente de nombreux avantages, aussi bien pour eux que pour l’institution. Étant donné qu’ils s’y sont déjà familiarisés, les apprenants n’ont plus besoin d’apprendre à utiliser ces appareils. De plus, l’établissement peut ainsi réduire les coûts élevés liés à l’acquisition d’équipements techniques.

Ce qui s’apparente aujourd’hui, en 2019, à de la science-fiction, surtout au regard du secteur éducatif guinéen sous-financé, pourrait bientôt devenir une réalité, du moins dans certains programmes pilotes de formation des enseignants. La révolution numérique et didactique ne nécessite pas plus qu’une poignée de mises à niveau d’infrastructures et d’unités de formations pédagogiques. Toutefois, le plus important demeure l’engagement du personnel pédagogique et administratif des institutions publiques impliquées ; il sera certainement plus facile de persuader les apprenants.

Qu’est exactement la soi-disant approche de « classe inversée » et en quoi est-elle liée à l’usage de supports numériques ?

L’« inversion de la salle de classe » signifie que les apprenants acquièrent des connaissances par des modules d’autoapprentissage en dehors du cours. Le temps passé en classe est donc consacré à l’application de ces connaissances, à travers la résolution de problèmes ou des débats, par exemple. Au début d’une leçon, les enseignants utilisent parfois des exercices (tels que des questionnaires) pour s’assurer que les apprenants se sont bien préparés. Ce modèle contraste avec l’approche traditionnelle, où les connaissances sont acquises lors du cours dispensé en classe et les apprenants les assimilent grâce aux devoirs ; d’où le terme de « classe inversée ». Depuis le serveur de l’établissement, les apprenants peuvent télécharger sur leurs appareils des supports de cours numériques, tels que des lecteurs numériques et tutoriels vidéo. En dehors de l’établissement, ils peuvent étudier et réviser ces supports d’apprentissage à leur propre rythme, sans devoir utiliser une connexion Internet onéreuse.

Pourquoi le concept de « classe inversée » pourrait-il être une réussite, surtout en Guinée et dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne ?

Pour diverses raisons, dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, de nombreux apprenants ont beaucoup de mal avec la compréhension écrite en langues officielles et académiques (pour la plupart l’anglais, le français ou le portugais). En Guinée, par exemple, seule une petite fraction de la population parle français comme langue maternelle (source : La Francophonie dans le monde 2002-2003, Paris, 2003). À l’opposé, plusieurs langues africaines ont une longue tradition de narration orale.

Histoire orale
C’est une forme de tradition orale en Afrique de l’Ouest. C’est l’enregistrement, la préservation et l’interprétation de données historiques d’après l’expérience personnelle et les opinions du narrateur. Elle prend parfois la forme de faits passés relatés par un témoin oculaire, mais incluant le folklore, les mythes, les chants et les récits transmis de bouche à oreille depuis des années. (source : www.watchousten.org)

La création par le personnel national de formation ou même par des apprenants de supports pédagogiques numériques, tels que des tutoriels vidéo, a offert aux étudiants guinéens de nouvelles opportunités d’apprendre les uns des autres. Par ailleurs, les tutoriels vidéo offrent un moyen d’apprentissage contemporain et plusieurs apprenants adorent regarder des vidéos.

Perspectives

Les perspectives offertes par la numérisation du secteur éducatif guinéen sont très prometteuses. À l’avenir, l’utilisation de plateformes de formation open source comme Moodle (https://moodle.org/) pourrait permettre aux apprenants guinéens d’interagir à l’international avec la communauté d’apprentissage (du moins celle d’expression française). Les défis pédagogiques sont similaires dans les pays d’Afrique subsaharienne et l’apprentissage numérique peut aider à franchir les frontières politiques et renforcer les synergies dans le secteur éducatif de la sous-région.

La résolution de défis pratiques, tels que l’amélioration des infrastructures techniques de l’ENI et le renforcement des capacités du personnel enseignant dans la production de tutoriels vidéo et leur intégration à de nouveaux concepts de formation, nécessite des efforts conjoints de l’État guinéen et des bailleurs de fonds étrangers. La numérisation offre certes de nombreuses opportunités, mais le plus important prérequis pour la réussite demeure l’appropriation et l’engagement prospectif par l’État et les autorités nationales en charge de l’éducation.


Le Dr Christian Hoffmann interviendra à eLearning Africa 2019.
Ne manquez pas l’occasion de participer et de discuter avec lui, Joseph Hoffman et Dimitrios Noukakis sur le thème de Alphabétisation numérique des enseignants et des formateurs le vendredi 25 octobre 2019.
Jetez un coup d’œil à la suite du programme de eLearning Africa 2019 ici.



Share this great news with your contacts!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*