268, Non classifié(e)

eLearning Africa est ravi d’être partenaire du Réseau africain pour l’education supérieure en situations d’urgence (AHEEN)

AUN4HEIE

Le Réseau africain pour l’education supérieure en situations d’urgence (AHEEN) est né d’un appel d’offres lancé en 2020 pour « concevoir une solution africaine au problème africain de l’accès limité des réfugiés et des personnes déplacées sur le continent à l’enseignement supérieur ». Après une année de recherches et d’études cartographiques, l’AHEEN a été lancée à l’automne 2020 avec un noyau d’universités membres dans les plus grands pays accueillant et produisant des réfugiés : le Kenya, la Somalie et le Soudan du Sud. L’AHEEN travaille dans le cadre des engagements du Grand Bargain en tant qu’initiative panafricaine conçue pour renforcer une réponse continentale aux besoins en matière d’éducation tertiaire et de travail décent pour les jeunes déplacés de force sur le continent en utilisant une approche globale de la société.

Les quatre objectifs clés de l’AHEEN sont les suivants :

  1. Offrir des diplômes « clés en main pour les réfugiés  » qui sont délivrés numériquement avec un fort accent sur l’employabilité, et construits sur des cadres pédagogiques liés aux compétences du 21ème siècle et à l’apprentissage socio-émotionnel ;
  2. Plaider pour l’inclusion des réfugiés dans les systèmes éducatifs nationaux au niveau tertiaire et travailler avec les autorités compétentes pour créer plus de flexibilité dans la vérification et la reconnaissance des titres universitaires, et pour favoriser l’inclusion dans l’économie formelle par le biais de stages numériques (PPP) aboutissant à des permis de travail (cadre CRRF) ;
  3. Construire un réseau solide d’universités sur le continent pour diversifier les domaines académiques dans lesquels les diplômes sont offerts et pour assurer la disponibilité de voies d’apprentissage continu ; et
  4. Assurer le renforcement des compétences pédagogiques numériques du corps enseignant lié aux diplômes, ainsi que le soutien de l’apprentissage sur le terrain de la part des organisations et équipes gérées par des réfugiés soutiennent l’apprentissage sur le terrain.

Les membres de AHEEN

Les membres sont délibérément mixtes, afin de garantir que les diplômés effectuent une transition vers le marché du travail dans les communautés et les contextes dans lesquels ils vivent.

  • Membres universitaires pendant la phase de lancement : Université de Nairobi, Université Moi, Université nationale de la Somalie, Université de Juba, ADUN (Réseau universitaire numérique africain hébergé par l’Université de Stellenbosch) ; Université Kenyatta.
  • Membres non-universitaires et/ou parties prenantes : WERK (Women Educational Researchers of Kenya), MDF (cabinet mondial de conseil et de formation, bureau de Nairobi), Hewlett Packard, Organisation internationale du travail (programme PROSPECTS de l’OIT), YES (Youth Education & Sports) – une organisation dirigée par des réfugiés et spécialisée dans le soutien à l’enseignement supérieur dans les contextes de réfugiés (travaillant à Kakuma, avec des liens avec les camps de réfugiés de Dadaab et d’Azraq en Jordanie).
  • Partenaires/observateurs : Commission européenne, HP, NaTakallam ; ESDA (Education for Sustainable Development, un programme de l’Université des Nations Unies, hébergé par l’Université de Nairobi).

Diplômes proposés pendant la phase de lancement (septembre 2020-décembre 2022)

Université de Nairobi : Formation des enseignants en situations d’urgence ; Interprétation communautaire.
Université Moi : Entrepreneuriat
Université nationale de Somalie : Travail social
Université de Juba : INFORMATIQUE
Université Kenyatta : Gestion des risques de catastrophes

Financement actuel

Le financement soutient les 4 objectifs et des bourses complètes pour les étudiants.
Subvention de lancement et subvention de transition : Fondation Porticus (Auxilium) à WERK
Subvention de soutien : Open Society Foundations à l’Université Moi ; subvention NUFFIC à MDF.

Structures juridiques

Le réseau est en train de mettre en place sa structure formelle de gestion, qui comporte des accords de partenariat signés par tous les membres, ainsi que l’hébergement légal du réseau par l’Université de Nairobi. Cete structure permettra la centralisation d’un secrétariat permanent et facilitera la levée de fonds. Actuellement, les subventions soutenant le réseau sont réparties entre ses membres et soutiennent les quatre objectifs du réseau.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*