Opinions

Internet pour l’éducation en Afrique

Il ne fait aucun doute qu’Internet est un puissant facteur d’éducation, qui offre l’accès à des informations, à de multiples possibilités d’apprentissage et à de nouvelles idées susceptibles de contribuer au développement social et économique. Il est toutefois important de rappeler que plus de la moitié de la population mondiale n’a encore aucune expérience directe de l’utilisation d’Internet.

Selon la dernière édition du Rapport digital 2018, plus d’un quart de la population africaine (425 millions sur 1 272 millions) a accès à Internet. Même si ce chiffre représente une opportunité significative, il est également synonyme de responsabilités et de défis majeurs.

Le problème de l’inégalité d’accès à la forme d’utilisation d’Internet la plus favorable et la plus valorisante reste ainsi une préoccupation importante : comment pouvons-nous, via l’accès à Internet, améliorer la qualité de l’éducation en Afrique ?

Pour bien comprendre la situation, nous devons identifier les différents enjeux de l’éducation. Ces enjeux comprennent notamment des coûts de communication élevés et des infrastructures limitées dans les régions rurales et mal desservies, mais aussi des supports de formation et d’enseignement obsolètes ou indisponibles.

À l’Internet Society (ISOC), nous sommes persuadés que l’accès à Internet peut transformer le paysage éducatif africain et stimuler ce que l’on appelle l’Internet des opportunités.

Au Rwanda, par exemple, le chapitre local d’ISOC est en train de transformer la vie d’enfants malvoyants en utilisant l’accès à Internet et les technologies en faveur de l’éducation. Intitulé Internet for Education-Online Audio Library, le projet participe à la conversion de manuels en fichiers audio puis à leur stockage dans une base de données qui sera ensuite mise à la disposition des apprenants malvoyants en ligne.

L’amélioration de la connectivité à large bande dans des pays comme le Botswana, l’Égypte, le Kenya, le Maroc, le Sénégal, l’Afrique du Sud et la Tunisie a, en outre, déjà permis d’améliorer l’accès à Internet des apprenants et des enseignants comme jamais on ne l’aurait imaginé.

Il reste, bien sûr, beaucoup à faire. Dans d’autres pays, les connexions à Internet sont limitées. Malgré la forte pénétration des téléphones mobiles sur le continent, l’apprentissage mobile n’a pas pris son essor en Afrique.

Il faut donc que tout le monde participe aux efforts. Si l’on veut parvenir à déverrouiller le potentiel d’Internet pour l’éducation, il est crucial que les décideurs politiques, la communauté d’Internet et les acteurs de l’éducation travaillent ensemble. Il en résultera non seulement une amélioration de l’éducation, mais des progrès dans la réalisation de l’Agenda de développement durable et d’un Internet capable de satisfaire aux besoins de tous.

L’Internet Society s’est engagée à jouer pleinement son rôle pour montrer la valeur d’Internet pour l’éducation. C’est ainsi qu’elle a le plaisir, cette année, d’apporter son soutien à la conférence eLearning Africa. Nous estimons que ce genre de conférences est crucial pour réussir à développer une vision et une stratégie régionales communes et à résoudre, en un même lieu, les problèmes des secteurs des technologies et de l’éducation.

Nous sommes convaincus que la portée éducative mondiale d’Internet continuera à progresser dans les prochaines décennies, donnant naissance à une nouvelle culture de l’apprentissage et personnalisant l’accès aux connaissances au lieu de s’appuyer uniquement sur les normes et les attentes d’un système éducatif traditionnel.

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre vision d’Internet en faveur de l’éducation en Afrique, nous vous invitons à lire notre publication : « Internet for Education in Africa: Helping Policy Makers to Meet the Global Education Agenda Sustainable Development Goal 4 ».

À propos de l’Internet Society

L’Internet Society a pour objectif de promouvoir l’accès à Internet pour tous et partout. Par l’intermédiaire de nombreux acteurs, l’Internet Society promeut non seulement les normes Internet mais aussi son développement en tant que plate-forme d’innovation, de développement économique et de progrès social.

Appuyée par plus de 80 000 membres et soutiens, plus de 130 Chapitres et groupes d’intérêts dans le monde, ainsi que 143 organisations membres, l’Internet Society continue à encourager le développement d’Internet en tant que plate-forme ouverte de mise en connexion des populations du monde et contribue aux besoins sociaux, économiques et éducatifs.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*