Sur le terrain

ICTrees

Dans l’imaginaire populaire, la „désertification“ du Sahara évoque l’image d‘un inexorable mur de sable s’avançant vers le Sud dans le Sahel, à mesure que le climat se réchauffe.

En réalité, la situation s’avère plus complexe. Le changement climatique a un impact sur ​​la dégradation des terres dans la ceinture semi-aride qui longe le désert : mais ce n’est qu’une partie du tableau. Le réchauffement climatique augmente la fréquence des sécheresses dans un écosystème fragile; cela accélère le processus de dégradation des terres causé par des techniques agricoles polluantes.  La croissance démographique galopante met en danger les ressources limitées.

Les sécheresses des années 70 et 80 ont attiré l’attention sur le Sahel et sur le travail de personnes telles que Yacouba Sawadogo qui a regénéré les zones désertifiées par l’adaptation des techniques agricoles traditionnelles burkinabés.

Les arbres sont capitaux dans la lutte pour la préservation de la fertilité des terres agricoles. Leurs racines retiennent le sol, leurs feuilles le fertilisent, leurs fruits, écorces et feuilles fournissent de la nourriture et des médicaments dans les moments difficiles. Travaillant avec des „zaï holes“, petits fosses traditionnellement utilisées pour restaurer les terres fertiles, Sawadogo a réussi à reboiser une zone de cinquante hectares. Tous les deux ans, il tient les „Market Days“  dans son village de Gorga au cours desquelles il transmet son savoir technique aux autres.

En 2002, la colossale idée de construire un Grand Mur Vert (Great Green Wall) d’arbres de 15km de large et 7100km de long, allant de Dakar à Djibouti, vit le jour lors du sommet de N’Djamena. Le plan a cependant évolué depuis, rencontrant les succès et échecs des projets similaires en Algérie et en Chine. L’échec de ses projets résidait dans le manque d’implication et de connaissances locales.

Ce qui est clair, c’est que ce patchwork d’initiatives locales requerra une vaste coordination  nécessitant la connectivité des zones rurales et des programmes d’apprentissage en ligne. La Fondation World Wide Web s’est déjà engagée à créer des voies grâce auxquelles les agriculteurs des régions reculées peuvent apprendre les uns des autres. Les innovations et les succès doivent être soutenus pour favoriser leur expansion dans cette vaste région.

Mais les arbres sont-ils l’élément le plus prometteur pour les populations du Sahara ? En cette journée internationale des forêts, nous avons jeté un coup d’œil aux arbres du Sahara les plus remarquables ; les arbres qui portent en eux l’histoire culturelle du désert donnant ainsi un espoir pour le futur.

trees FR

Sources:
*World Bank
World Wide Web Foundation

 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*