Trends

La révolution numérique selon les Africains

icweUn rapport récent révèle que les ordinateurs et les téléphones portables sont désormais, et de loin, les nouveaux dispositifs d’apprentissage les plus populaires en Afrique. Les tablettes, quant à elles, accusent un retard malgré leur engouement, et ne sont utilisées régulièrement que par 20 % des professionnels de l’eLearning.

Voici l’une des conclusions surprenantes du Rapport eLearning Africa 2013. Lancé aujourd’hui (jeudi) au Safari Conference Centre de Windhoek par le ministre namibien des TIC, l’Honorable Joel Kaapanda, le rapport pose un nouveau regard sur les utilisations complexes de la technologie dans l’éducation en Afrique, du point de vue des Africains eux-mêmes.

« J’ai été particulièrement encouragé par les échecs en eLearning exprimés ouvertement », a déclaré le ministre, « ainsi que par l’attention portée cette année au contenu numérique local et à l’intégration des langues africaines ».

En fournissant une vision générale unique du développement des TIC sur le continent, le Rapport eLearning Africa va au-delà des statistiques et donne la parole à des centaines d’Africains impliqués dans la pratique de l’eLearning sur le terrain. L’objectif est de refléter les « les anecdotes, les opinions et les expériences des professionnels du continent et leur contribution au grand récit africain de l’eLearning ».

Ces expériences offrent un aperçu étonnant. Si, par exemple, 40 % des personnes interrogées indiquent que ces technologies créent des contenus locaux, seul 16 % est rédigé dans les langues africaines. Tandis que les médias sociaux et la mobilité gagnent en popularité, l’accès aux ressources en ligne et l’apprentissage en salle de classe demeurent les utilisations les plus courantes de la technologie.

« Le rapport confirme que l’Afrique connaît une mobilité accrue en termes d’apprentissage et d’enseignement au niveau de l’éducation et du développement des compétences, mais que cette augmentation n’a pas encore supplanté les approches traditionnelles de l’enseignement », a affirmé Shafika Isaacs, rédactrice du rapport, qui précise « alors que nous débattons du programme de développement post-2015, la grande priorité reste de relever les défis dans le domaine de l’éducation ».

Le rapport, distribué gratuitement sur Internet en français et en anglais, est destiné à un large public non seulement d’Afrique mais du monde entier.

Le Rapport eLearning Africa 2013 :

http://www.elearning-africa.com/fra/media_library_publications_ela_report_2013.php

Tags:

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>