Tendances

Une économie du savoir commence à la base

Le mouvement des télécentres n’est pas un phénomène nouveau. Service efficace pour améliorer les moyens de subsistance des communautés rurales, ce concept s’est développé dans le monde entier. En Afrique, l’appellation « télécentre » désigne communément un espace public grâce auquel des utilisateurs peuvent avoir accès à des ordinateurs, à l’Internet, à du matériel téléphonique (téléphone, fax) ou à d’autres services (recharge d’un téléphone mobile, par exemple). Les télécentres conventionnels existent un peu partout dans le monde et dans de nombreuses régions d’Afrique, le concept de télécentre a considérablement évolué.

De nouveaux modèles se dessinent aujourd’hui dans plusieurs pays. Des entrepreneurs innovants et des gouvernements avant-gardistes expérimentent pour la première fois le concept de services intégrés. Le télécentre constitue aujourd’hui un instrument novateur de développement communautaire et ne consiste plus seulement à proposer un accès de base aux TIC.

Le modèle de service intégré comprend différentes composantes, et notamment :

– une plate-forme destinée aux systèmes d’information sur les marchés, aux services de conseils (questions-réponses) ou de vulgarisation

– des opportunités de renforcement des capacités communautaires

– le partage, l’adaptation et la facilitation de contenu

Systèmes d’information sur les marchés

Par exemple, les systèmes d’information sur les marchés utilisent les TIC pour diffuser des informations actualisées sur la demande, les prix et les conditions du marché. Les agriculteurs et les vendeurs ayant accès à ces informations sont en mesure de prendre des décisions d’achat ou de vente plus éclairées. Cela leur permet d’optimiser les ventes et de réduire les pertes post-récolte. Exemple de ce type de technologie : MoMeals (ou Mobile Meals), un système de m-marketing mis en œuvre par UgaBytes en Ouganda et soutenu par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA). Il s’agit de mettre directement en relation des acheteurs et des vendeurs via la téléphonie mobile sans nécessairement passer par des intermédiaires. A partir de son téléphone mobile, l’agriculteur transmet des informations sur ses produits – quantité, prix, lieu de production, etc. Il fait en quelque sorte sa propre publicité. Les acheteurs ou les vendeurs peuvent alors comparer les offres correspondant à leur demande. Les deux parties prennent contact et conviennent de la vente. MoMeals est accessible depuis un téléphone mobile et sur Internet.

Opportunités de renforcement des capacités communautaires

Le Rwanda est devenu une référence dans l’implantation des télécentres et le renforcement des capacités. Dans le cadre de son plan National de développement des Infrastructures d’Information et de Communication (NICI), le gouvernement compte bien développer les compétences et créer des opportunités d’emploi en milieu rural à travers l’établissement de télécentres locaux. A ce jour, douze télécentres et deux bus Tic itinérants ont été mis en place. La création d’autres infrastructures est d’ores et déjà prévue. En réalité, l’objectif est de créer un télécentre dans chaque village. Dans le cadre de ce projet, le personnel local est formé pour aider la communauté à générer et partager des informations en ligne.

L’accès ciblé à un contenu pertinent est l’un des défis majeurs auxquels les communautés rurales sont confrontées. Les utilisateurs du télécentre sont généralement des étudiants ou des entrepreneurs. Les agriculteurs locaux, entre autres, sont souvent confrontés au manque d’information au sein de leur communauté. Ayant reconnu la nécessité de rétablir la situation, le réseau des télécentres du Rwanda – RTN -, produit des contenus sur les perspectives de développement des TIC au niveau local et des informations en ligne en anglais et en langues locales. Au Kenya, son équivalent KenTel, s’est associé au CTA pour développer un certain nombre de partenariats public-privé visant à faciliter l’accès à l’information pour le développement. Avec l’appui du réseau, les télécentres adaptent, actualisent et traduisent l’information en ligne pour la rendre accessible et pertinente aux agriculteurs, aux jeunes et aux vulgarisateurs. L’accès à ce type d’information contribue dans une large mesure au développement communautaire et ouvre de nouvelles opportunités de croissance. KenTel a souhaité pérenniser cette initiative en organisant des ateliers destinés aux responsables de télécentres pour les encourager à contribuer au développement de la collectivité toute entière.

Le partage, l’adaptation et la facilitation de contenu

Sikwane est un petit village rural du district de Kgatleng, au Botswana. Le télécentre local est géré par la communauté villageoise. La population de Sikwane est en majorité composée de personnes âgées et vit essentiellement de l’élevage. Les responsables du télécentre admettent que pour survivre, l’entreprise se doit d’être proactive et de répondre aux besoins des communautés rurales. Constitués au sein d’un comité de développement du village, les agriculteurs, les professionnels de la recherche agricole et les agents de vulgarisation ont élaboré un nouveau contenu, ainsi que des services d’information adaptés aux besoins de leur communauté. Ces nouveaux outils permettent aux agriculteurs d’accéder directement aux connaissances pertinentes via les services proposés par le télécentre.

Si les choses bougent dans la bonne direction, ce nouveau modèle de services intégrés n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes. La formation est essentielle à la réussite du mouvement. Les exemples de formation peuvent être signalés dans plusieurs régions, en revanche, leur déploiement doit être plus systématique et ces formations ne doivent pas se limiter à la génération de contenu. Les responsables de télécentres doivent apprendre à transmettre leurs compétences en affaires afin de maximiser les chances de succès des entrepreneurs de leur communauté. Le succès et la pérennité de l’entreprise passent par l’articulation d’une vision stratégique. Paul Barera, gestionnaire d’un télécentre rwandais, estime que l’enseignement est une condition nécessaire à la gestion optimale d’une entreprise fondée sur les potentialités des TIC. Son expérience dans la mise en place et la gestion d’un télécentre communautaire à Nyamata, un petit village situé à 30 km de Kigali, souligne la nécessité d’appréhender les bonnes pratiques de gestion et de savoir comment évoluer et se diversifier pour répondre aux besoins croissants d’une communauté. KenTel concède également l’existence d’obstacles au succès des télécentres et a lancé un programme de formation sur « l’externalisation des processus d’affaires ». Cette formation, soutenue par le CTA, offre aux participants l’opportunité d’apprendre à identifier et à élaborer de nouvelles stratégies de croissance et de profit. Anthony Mugo, directeur de programme du Réseau d’information des terres arides (ALIN), y a pris part. Selon lui, « l’externalisation des processus d’affaires contribuerait à renforcer la durabilité des télécentres et à favoriser l’emploi des jeunes chômeurs ». Joseph Walubengo, un autre participant travaillant pour Integrated Avenues for Compassion, estime que l’externalisation des processus d’affaires constitue un enjeu majeur pour la durabilité des télécentres. « Je pense que l’externalisation des processus d’affaires est une aubaine et ne comprends vraiment pas pourquoi nous n’y avions jamais songé auparavant ».

Avec un soutien émanant des plus hautes instances pour créer un cadre propice, le Rwanda a montré qu’il était possible de réaliser de grandes choses. On trouve partout des entrepreneurs TIC de tous âges ayant besoin d’un appui leur permettant de développer leur entreprise et d’offrir de nouveaux services. Cela comprend l’accès aux infrastructures et la création d’un environnement de marché propice au déploiement et à l’utilisation des TIC.

Enfin, l’appropriation communautaire est essentielle au succès de cette nouvelle génération de télécentres. Il convient à cet effet d’impliquer les communautés rurales à l’ensemble du processus de déploiement des services y compris la conception, le suivi et la mise en œuvre des prestations proposées. Cela permettra ainsi de créer un véritable « centre de services communautaires », et pas seulement un simple point d’accès aux TIC.

Pour plus d’informations sur le CTA, visitez, www.cta.int.

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>