Aperçus de la conférence

Profil-pays du Bénin

La 7ème Conférence internationale consacrée aux TIC appliquées au développement, à l’enseignement et à la formation se tiendra du 23 au 25 mai 2012 à Cotonou au Bénin. Elle accueillera des visiteurs internationaux issus des secteurs des affaires, des gouvernements et des universitaires. eLearning Africa est le premier événement TIC du continent, non seulement pour les « éminences grises », mais aussi pour toutes les personnes concernées par le développement et la promotion des TIC en Afrique, et les capacités du eLearning. Les thèmes de 2012 seront eLearning et développement durable. Les efforts du Bénin dans la mise en application de l’information sonore et des stratégies de technologie de communication font d’elle l’endroit le mieux approprié.

Un peu d’histoire

La République du Bénin est entourée par le Togo, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria et au Sud par la baie du Bénin qui s’étire sur 120 km. Les régions côtières sont les zones les plus peuplées, remontant même au passé très coloré du Dahomey. Le Royaume de Dahomey qui s’établit vers 1600, fut pendant des siècles une puissance importante dans l’Ouest africain, ne cessant de décliner avec le temps et pour finalement être abolie par les Français en 1900 après toute une série de guerres de colonisation. L’indépendance du pays est venue alors en 1960 mais des années turbulentes s’annonçaient déjà. Un coup d’état militaire en 1972 déboucha alors sur un régime de type marxiste qui dura de 1975 à 1990 avant qu’une nouvelle constitution et l’adoption de formes de gouvernement démocratiques redonnèrent au Bénin un nouveau souffle en 1991.

Les faits

Chef de l’État :
Président Yayi Boni

Chef du gouvernement :
Premier Ministre Pascal Irenée Koukpaki

Date d’indépendance :
Le 1er août 1960

Capitale :
Porto-Novo

Centre administratif :
Cotonou

Langues principales :
Fon, Yoruba

Langue officielle :
Français

Monnaie :
Franc CFA

Source: Union Africaine

L’économie et les infrastructures : une tâche en constante progression

Le Bénin a une économie en voie de développement dans laquelle des poches de richesse naissante sont compensées par des zones de misère. Les chiffres du FMI montrent qu’en 2010, le total des investissements était de 16 % environ du PIB et l’inflation oscillait autour des 2 %. Le pilier du Bénin est une agriculture de subsistance et la culture du coton. Ainsi, la récession globale et les prix bas des denrées alimentaires ont frappé de plein fouet l’économie naissante de ce pays. En dépit de ce revirement terrible, le rapport sur le développement humain de l’UNDP a placé le Bénin parmi les 25 premiers pays où l’index de développement humain (ou HDI, Human Development Index) a augmenté. L’HDI est une unité de mesure composée de l’espérance de vie d’une population, du revenu et de la scolarisation ; le Bénin est en train d’améliorer ses résultats sur tous les fronts. Des investissements directs étrangers en augmentation, une meilleure discipline fiscale, la libéralisation des échanges et l’adoption de principes démocratiques sont en train de mener le pays vers la prospérité. L’appartenance à la zone du franc CFA et à la CEDEAO lui offre une base solide et un accès aux marchés disponibles au sein de cette zone de commerce. Il existe donc des zones urbaines où la population dispose d’un accès complet aux équipements du 21e siècle, quand bien même les installations sanitaires, la santé et l’éducation demeurent des sujets encore préoccupants.

Chiffres

Population
Nationale : 9 644 000
Cotonou 815 000
(2010; FMI / 2009; CIA World Factbook)

PIB
Total : US$ 6.571 billion
Par habitant : US$ 681.71
(2010; FMI)

Espérance de vie à la naissance
Femmes : 61.14 ans
Hommes : 58.61 ans
(Estimations 2011; CIA World Factbook)

Téléphones
Fixes : 127 100
Mobiles : 5 033 000
(2009; CIA World Factbook)

Internet
Hôtes : 1,286
Utilisateurs : 200,100
(2009,2010; CIA World Factbook)

L’éducation : la réforme

L’image de l’éducation au Bénin s’est considérablement améliorée depuis la mise en pratique des réformes de 2007. Les niveaux d’alphabétisation depuis le recensement de 2002 ont donné l’alerte : 47,9 % pour les hommes et à peine 23,3 % pour les femmes. Selon une estimation de l’UNESCO, l’espérance de vie scolaire du primaire au supérieur était en 2005 de seulement neuf ans, avec beaucoup d’étudiants échouant sans obtenir aucune qualification formelle. Les frais de scolarité empêchaient les parents de scolariser leurs enfants, et quant aux étudiants, ils devaient lutter contre un taux élevé d’élèves par professeurs ainsi que contre pénurie de livres et d’autres fournitures scolaires. Le CIA World Factbook a montré que jusqu’en 2007, les dépenses en matière d’éducation étaient de 3,5 % du PIB ; il était donc temps de s’attaquer à ce problème. Selon Christophe Dangnihin, premier secrétaire de l’Ambassade du Bénin à Berlin, l’un des résultats les plus importants des réformes de 2007 fut l’abolition des frais de scolarité pour les cinq premières années à l’école primaire. Il a déclaré : « Les réformes scolaires furent une décision du Gouvernement en vue de faire un effort pour palier au problème des échecs scolaires et, ainsi, nous sommes certains que de plus en plus de personnes vont avoir accès à une éducation plus que jamais nécessaire. »

Le Bénin accorde maintenant plus de ressources à l’équipement de ses établissements scolaires avec des infrastructures améliorées, des enseignants mieux formés et du matériel scolaire plus moderne. Le matériel scolaire inclut de plus en plus les TIC dans des écoles urbaines sélectionnées bien que, comme Osei Tutu Agyeman l´a écrit dans un rapport en 2007 pour infoDev, les frais d’acquisition et d’entretien des TIC sont au-dessus de ce que les écoles peuvent s’offrir. De plus, le nombre de donateurs et d’ONG est limité. CyberSonghai, une organisation non gouvernementale portant le nom d’un vieil empire islamique d’Afrique de l’Ouest, gère des cafés Internet à bas prix et ORIDEV, un organisme de formation TIC, portant un nom ayant pour origine le mot Yoruba signifiant « croisée des chemins » s’est établi au Bénin. La lenteur du développement est quelque peu surprenante, d’autant plus qu’en 1995, le Bénin fut le premier pays de l’Afrique de l’ouest à se raccorder à l’Internet !

Politique des TIC : des hauts et des bas

Une étude complète dirigée par Augustin Chabossou entre 2009 et 2010, et publiée par Research ICT Africa a revu l’état actuel des TIC utilisées au Bénin tout en prenant en compte la progression future. La politique actuelle du Bénin en matière de TIC a pris effet le 31 décembre 2008 avec l’adoption du SPS (Énoncé du secteur politique). Ce plan avait pour objectif de mettre complètement le pays à l’heure du numérique en attirant des investisseurs directs étrangers afin de développer le secteur TIC et le secteur téléphonique. Max Ahouêkê, ministre de la communication et des technologies de l’information et de la communication, supervise le projet eBénin, qui a pour but de modifier et moderniser le secteur téléphonique, passer au numérique d’ici à 2015, et de faire du « Bénin le quartier numérique de l’Afrique ». Pour réaliser ces objectifs, il faut conserver l’équilibre entre deux secteurs ou piliers de développement : e-government et e-business. E-government (ou gouvernance électronique) dans le secteur public suppose d’utiliser les TIC pour apporter toute la transparence nécessaire et ouvrir l’accès aux infrastructures administratives. Le gouvernement prévoit d’adopter les TIC plus largement au sein des administrations, en particulier en l’étendant aux secteurs actuellement désavantagés. Le pilier du e-business (ou les affaires électroniques) se concentre sur les développements TIC nécessaires dans le secteur privé. Une concurrence croissante et un meilleur accès pour les opérateurs, fournisseurs de services et les utilisateurs finaux vont stimuler la croissance, non seulement dans le secteur TIC mais aussi dans l’économie nationale plus généralement. Il existe déjà un certain nombre d’agences gouvernementales dédiées à la réalisation des idéaux SPS. Le Fond de Développement Universel des TIC (FDUTIC) (ICT Universal Development Fund), fondé en partie par les opérateurs de télécommunication, n’est qu’une des mesures mises en place pour aider à étendre la téléphonie et les TIC aux régions faiblement ou pas du tout desservies. L’Agence pour la gestion des nouvelles technologies de télécommunication (AGeNTIC) travaille en coopération étroite avec les représentants du secteur privé. A ce sujet, il reste encore beaucoup à faire pour remettre le système aux normes. A ce jour, peu de choses ont été faites en matière d’adéquation des législations et règlements pour les TIC ne serait-ce même que pour l’attribution des fréquences radios encore très difficile. Cependant, le SPS indique la voie à suivre.

Lectures complémentaires :

Augustin Chabossou – Benin ICT Sector Performance review 2009/2010 (Rapport 2009/2010 du secteur des performances ICT au Bénin)

Infrastructures TIC : l’image la plus forte

Opérationnel depuis 2001, le câble sous-marin d’Afrique de l’Ouest/South Atlantic 3 (SAT-3/WASC) va de l’Espagne/Portugal à l’Afrique du Sud et dispose de huit points d’ancrage dans huit villes d’Afrique de l’Ouest (Cotonou y comprise). La connexion de lifeline en fibre optique signifie que la largeur de bande pour le Bénin est de 155 mégaoctets par seconde. Dans les zones urbaines du pays, l’utilisation des TIC en général n’a cessé de croître avec pour conséquence plus d’investissements dans ce secteur de l’économie. L’impact sur l’économie a été plus que favorable non seulement pour les fournisseurs de services Internet, mais pour bien d’autres aussi, et ce sur toute la chaîne de distribution : les Internet cafés, les boutiques de téléphonie et même les vendeurs de cartes prépayées. Ces développements du secteur TIC ont ainsi eu des résultats tangibles, en augmentant l’accès de la population aux nouvelles technologies et en lui donnant une plus grande autonomie économique.

eLA 2012 : arrivée au Bénin

Avec ce développement, le Bénin est un pays hôte eLA par excellence où la prochaine conférence aura lieu du 23 au le 25 mai 2012. Dangnihin a déclaré : « Nous sommes impatients d’accueillir les participants africains ainsi que ceux du monde entier. Nous sommes un peuple amical et hospitalier et nos efforts actuels pour améliorer l’utilisation des TIC dans le secteur de l’éducation et dans la société toute entière signifient que nous sommes assez bien placés pour recevoir cette conférence et ce grand dialogue. Nous sommes très heureux de recevoir eLearning Africa 2012. »

Un Commentaire

  1. Some tips i have seen in terms of personal computer memory is there are technical specs such as SDRAM, DDR and so forth, that must match the requirements of the mother board. If the pc’s motherboard is kind of current while there are no operating system issues, upgrading the memory literally will take under a couple of hours. It’s one of several easiest laptop upgrade methods one can visualize. Thanks for discussing your ideas.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>